La vie de Gérard Mercator

Décoration Carte du Monde, Histoires -

La vie du célèbre cartographe : Gérard Mercator

Gerard De Kremer est né à Rupelmonde le 5 mars 1512. Il est célèbre dans la République sous le nom latin Gerardus Mercator, et dans les livres français sous le nom de Gérard Mercator. C'est un mathématicien, géographe et cartographe flamand, et l'inventeur de la célèbre projection cartographique qui porte son nom ! Persécuté pendant l'Inquisition (Mercator est protestant), il passa quelque temps en prison, mais fut finalement libéré et mourut à Duisbourg en 1552. Dans cette biographie, nous étudierons sa vie et les recherches qui l'ont conduit au succès !

Décoration Carte du Monde

Avant de commencer, si toutefois vous aimez la décoration d'intérieur ( les tableaux, les autocollants, les affiches...) et que vous voulez sublimer votre espace de vie. Nous vous invitons à effectuer vos achats directement sur notre boutique en ligne, afin d'obtenir les dernières tendances du moment au prix les plus bas!

Jeunesse de Mercator

Gerardus Mercator était le septième enfant du cordonnier Hubert, et de sa femme Émerance Kremer. Il est né en Flandre, à Rupelmonde, au sud d'Anvers. Ses parents étaient originaires de Gangelt dans le duché de Jules dans l'ancien Saint Empire germanique.

À la naissance de Mercator, ses parents rendront visite à Gisbert de Kremer, le prêtre et le 3e frère d'Hubert, qui est en réalité son oncle. Leur séjour à Rupelmonde fut court et toute la famille retourna à Gangelt après six mois, c'est là où Mercator passa les premières années de sa vie jusqu'à l'âge de 8 ans. En 1518, la famille Kremer revient à Rupelmonde, peut-être en raison de la détérioration des conditions de vie à Gangelt, où règnent famine, peste et anarchie.

Gérard Mercator

Une fois retourner avec toutes sa famille a Rupelmonde, il apprendra à lire et à écrire, et il apprendra également les bases de l'arithmétique et du latin.

Ses études de cartographie

Après la mort de son père en 1526, Gisbert (3e frère d'Hubert) devient le précepteur de Mercator. Gisbert voulait que Mercator suive son propre chemin pour devenir Pasteur, il là donc envoyé étudié a l'âge de 15 ans, à Bois-le-Duc, dans la principauté du duché de Brabant. Il arriva dans la fameuse école des frères de la vie commune. Une communauté qui a été fondée par Gérard Groote, qui offre un enseignement mettant l'accent sur les études bibliques et exprimant des désaccords avec le dogme catholique.

En 1530, sous la direction de l'astronome Frisius, il étudie à l'Université de Louvain. C'est là où il commença à s'engager dans la représentation du globe terrestre. Malheureusement, Mercator a eu des problèmes avec l'autorité de l'église qui doutait et le soupçonnait d'hérésie. Par conséquent, en 1533, il dut quitter Leuven pour éviter une enquête approfondie sur ses croyances. Cependant, 10 ans plus tard, il fut arrêté pour hérésie à Anvers et emprisonné à Rupelmonde, mais réussit à se tirer de cette mauvaise situation. Ce qui le mènera en 1569 à publier les 18 feuilles de « La projection de Mercator » qui fournit enfin aux navigateurs une réelle description des contours des terres.

Gérard Mercator Noir-et-Blanc

La créativité de Mercator repose sur sa représentation de la terre. Il s'imagine une forme cylindrique ce qui présente l'avantage de ne pas déformer l'angle, plutôt pratique pour les navigateurs ! Ceci est également appelé une représentation cylindrique tangente. Cependant les méridiens sont également espacés, et la distance entre les lignes parallèles augmente avec la latitude, ce qui agrandit considérablement les pays lorsqu'ils sont loin de l'équateur.

À la fin du XVIe siècle, la géographie du monde s'exprime enfin dans sa vraie forme et ses proportions. Avec le développement des presses à imprimer, l'Europe devient un centre d'information et de diffusion des cartes géographiques, qui avec le temps deviendront de plus en plus précises et fiables.

La projection de Mercator

La carte du monde de Mercator représente à tort le nouveau territoire de l'hémisphère sud:

  • L'immense continent au sud de la terre est un mythe géographique sur la carte de Ptolémée (en supposant que le continent existe pour équilibrer la terre)
  • La Terre de Feu, fait également partie du «continent antarctique». La flotte de Magellan a traversé un détroit, séparant les deux terres (la Patagonie au nord et la Terre de feu au sud), réactivant l'ancienne théorie du continent sud.
  • L'île de Nouvelle-Guinée (Nouvelle-Guinée) est trop grande.

Atlas de Mercator

Mercator n'est pas le premier à représenter le «continent austral». D'autres cartographes avant lui, comme Oronce Fine (1494-1555) et Abraham Ortelius (1527-1598), ont «cartographié» le continent sud. Il faudra entendre la fin du XVIIIe siècle pour officialiser l'existence du continent austral grâce à James Cook.

La projection de Mercator est une représentation cartographique de la terre, sur une surface plane déterminée par le géographe flamand Gerardus Mercator en 1569. En raison de sa précision, sa projection c'est vite illustré comme le planisphère le plus pertinent et le mieux réalisé, notamment pour la navigation maritime, il dispose d'un avion de référence dans le monde entier.

Projection de Mercator longitudes et latitudes

La projection de Mercator est conforme, c'est-à-dire qu'elle préserve l'angle. Cependant, cela affectera la taille réelle des pays et agrandira les pays proches du pôle sud et du pôle nord. En fait, à mesure que la distance de l'équateur augmente, la distorsion augmente également. Par exemple, lorsque l'on compare la superficie du Groenland et celle l'Afrique, on a l'impression que les deux possèdent la même superficie. Or, l'Afrique est 14 fois plus grande, cela conduit donc à une égalité de surface !

Le but de sa projection 

Le souhait des navigateurs au XVIe siècle était de connaître l'itinéraire d'un point de la terre à un autre au fur et à mesure de leur progression. Certes, le système de navigation n'utilise pas le chemin le plus court, mais permet d'utiliser la boussole pour la navigation, ce qui permet de tenir un cap constant. Le compromis entre le chemin le plus court, et le chemin avec un cap constant est de créer une trajectoire courte qui conserve le cap, ce qui permet de conserver l'angle, tout en traçant des routes avec un cap constant.

Pour cette raison, il existe un besoin de conserver les angles et par conséquent faciliter le traçage des routes maritimes. Depuis l'Antiquité, il existe des projections qui conserve l'angle mais qui ne conserve pas un cap constant. Mercator va donc résoudre ce problème grâce à sa projection et par conséquent optimiser et rendre plus facile la navigation en haute mer !

Carte mondiale de Mercator

 Les navigateurs souhaitaient donc une représentation cartographique de la sphère terrestre dans laquelle les méridiens seraient représentés par des droites parallèles équidistantes et les parallèles par des droites perpendiculaires aux méridiens donc une projection conforme qui conserve les angles !

Mercator s'est donc lancé dans cette tâche et a fourni sa projection en 1569 qui répond aux exigences des navigateurs. Nous ne comprenons pas pleinement son raisonnement, mais nous pouvons le reconstruire. Il n'a pas utilisé de cylindre tangent à la sphère, ni essayé d'effectuer une projection centrale, mais a construit une carte quadrillée dans laquelle tous les méridiens sont parallèles et équidistants, et tous les méridiens sont perpendiculaires aux méridiens.

Son intérêt pour la navigation 

La plupart des cartes marines utilisent la projection Mercator. Cette projection conforme maintient l'angle, mais elle ne préserve pas la distance, ni les surfaces dans leur équivalence. Ceci est particulièrement utile pour les marins même si le chemin ainsi défini n'est généralement pas le plus court mais il leur permet de garder un cap constant !

Fond de Carte Maritime

Cependant, si le voyage est très long alors il décide d'empreinte le chemin le plus court tout en déduisant les caps à suivre afin d'être le plus constant possible !

La projection de Mercator déforme le monde 

Le principal inconvénient des cartes géographiques inspirées du travail de Mercator pour naviguer sur les océans, sont qu'elles donnent des idées fausses sur la superficie des pays et des déformations apparaissent. Car, c'est tout simplement impossible de représenter un globe sur un plan. Cela profite donc à certain pays et certains gouvernements pour asseoir leur puissance de par la taille importante de leur pays, or ce n'est qu'une illusion ! 

Carte géographique

  • L'Amérique du Sud (18 millions de km²) semble être plus petite que le Groenland (2 millions km²). En fait, sa superficie est 9 fois plus importante.
  • L'Inde (3,3 millions de km²) semble avoir la même superficie que la Scandinavie (900 000 km²).
  • La Russie (17 millions de km²) semble être beaucoup plus grande que l'Afrique (30 millions de km²), et cette dernière est plus grande que la Chine, les États-Unis, l'Europe, l'Inde, et le Japon réunis.
  • L'Alaska semble être aussi grand que le Brésil, mais en réalité l'Alaska est 5 fois plus grand que le Brésil.
  • L'Antarctique semble être le plus grand continent, mais en fait ce n'est que le cinquième plus grand des continents en termes de superficie.
  • Le continent Africain est 14 à 15 fois plus grand que le Groenland, pourtant sa superficie sur la carte du monde semble être la même.

Afin de surmonter ces distorsions, Arno Peters a proposé une mappemonde cylindrique (comme la projection de Mercator), qui conserve la surface relative: la projection de Peters. En revanche, il n'est plus conforme, c'est-à-dire qu'il ne conserve pas l'angle du continent et donc la forme du continent.

Aujourd'hui nous pouvons nous déplacer sur la terre virtuellement afin de connaître l'environnement, la faune, la flore... Ces ajouts on était possible grâce aux nouvelles technologies (satellites, drones...). Certaines sociétés comme Google, ont profité de ces nouvelles technologies afin de sortir des outils à la pointe, comme Google Earth ou même Google Maps.

Carte interactive ( Google Earth )

Nous pouvons donc prendre du recul depuis l'espace mais si toutefois vous préférez rester sur terre, les deux pieds au sol et partir à l'aventure virtuellement, c'est envisageable ! 😁